Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: RECRUTEMENT SUR “EMPLOITIC.COM” - Ils ont été embauchés via...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: RECRUTEMENT SUR “EMPLOITIC.COM” - Ils ont été embauchés via internet

Publié le 25/04/2016
Ils ont été embauchés via internetLe dixième anniversaire du site de recrutement en ligne « emploitic.com » est l‘occasion de rencontrer des jeunes et moins jeunes ayant bénéficié des services de cette agence électronique. Créé en avril 2006, le site de recrutement « emploitic.com » a fait du chemin. Dans son bilan décennal, la direction parle de 65.000 inscrits demandeurs de travail et plus de 8000 entreprises connectées au réseau. L’on parle également d’un taux de satisfaction avoisinant les 96 %. A Annaba, nous avons pu rencontrer des employés et des employeurs ayant pris part à l’aventure « emploitic.com ». Ahmed Reda, la trentaine, vient de boucler ses quatre ans de travail à la boite informatique qui l’a recrutée via le web. « J’était fraîchement diplômé, à ce moment. Un voisin m’a proposé de tenir son cybercafé vu que je maîtrise l’outil informatique. Mes longues heures de connexion ont fini par payer. J’ai découvert le site et je m’y suis inscrit…sans trop de conviction », se rappelle le jeune homme des Céphéides. L’attente n’était pas interminable. « Une semaine plus tard, ayant oublié ma demande, je reçois deux réponses. L’une à plusieurs kilomètres de Annaba, l’autre dans ma ville », raconte notre interlocuteur. Il s’est rendu au local du recruteur, un entretien et le tour est joué. « C’était formidable car mon profil correspondait aux exigences de l’entreprise et que nous n’avons pas perdu beaucoup de temps du fait de la disponibilité de mes informations sur mon compte « emploitic.com » », explique Ahmed Reda. Un happy end qui n’est pas le seule. Samia, dipômée en comptabilité, n’a pas eu la même chance même si elle a fini par être embauchée. « J’ai dû voir trois employeurs avant d’être accepté par le quatrième », se remémore-t-elle, en sourire. Cette trentenaire a été orientée vers le site web par des amis. En s’y inscrivant, elle est restée comme sur la braise. « A cette époque, je n’avais pas de connexion chez moi. J’ai dû passer au moins cinq fois par le cybercafé d’à côté. Deux mois d’attente avant que je ne sois sollicitée par la première entreprise ». Rendez-vous, entretien, refusée pour manque d’expérience. Deux autres employeurs ont été contactés, sans succès. C’est justement au moment où elle a tout lâché que la chance a souri. « Très dépitée, je ne me rendais plus au cybercafé. C’était une matinée où je n’avais pas quoi faire que je me suis connectée. Une offre qui me va à merveille. Je me suis rendue au rendez-vous sans trop d’optimisme. Finalement, c’était la bonne ! », frissonne-t-elle. Les exemples d’embauche électronique ne cessent d’augmenter en nombre. Des centaines de jeunes se font solliciter quotidiennement par des entreprises à la recherche du bon profil. L’essor du recrutement via internet permettra de faire reculer le chômage qui constitue une hantise pour notre économie déjà éprouvée.

lestrepublicain -
25 avril 2016  - Zarrougui Abdelhak
« Actualité précédente
Annaba: PROJETS DE DÉVELOPPEMENT DE LA COMMUNE - Un avancement régulier
Actualité suivante »
Annaba: ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’UNPA - Les bénéfices d’une couverture sociale soulignés par Chawki Acheuk-Youc

Les Commentaires

"Alerte brouteurs/cyber-escrocs du Web"

Sur Algérie-focus: solution protection AVG blindé.
"infoflash"

Aïn Merrane (Chelf)100 policiers...voir sur Facebook. m a s c a r a d e
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires