Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: CITÉ DES 300 LOGEMENTS ENPI - Des malfaçons énormes
Zone Membre
Publicités

Annaba: CITÉ DES 300 LOGEMENTS ENPI - Des malfaçons énormes

Publié le 17/06/2016
Les habitants de la cité des 300 logements ENPI, ex-EPLF du site Dorban, ont adressé une pétition à notre rédaction à travers laquelle, ils attirent l’attention des autorités sur les multiples problèmes que l’entreprise refuse de prendre en charge, 36 mois après l’attribution des logements. Déjà d’après les plaignants, les logements n’ont pas été attribués mais plutôt squattés par la force après que l’entreprise eut refusé de remettre les clés à leurs propriétaires. Les raisons de ce refus, l’inachèvement des travaux d’aménagement, l’alimentation en énergie électrique et raccordement au gaz naturel. Lancé en 2006, ce projet avait connu dès son départ d’énormes difficultés à cause de la mauvaise gestion de l’entreprise dissoute l’EPLF. Avec un retard de plusieurs années, l’ENPI n’a pu,  à son tour rattraper le retard. La preuve, le projet a été livré dans des conditions qui laissent à désirer. Mieux encore, deux blocs ont été supprimés à la fin du projet. Il fallait trouver une assiette sur le même site afin que les souscripteurs des deux derniers blocs qui avaient payé au même titre que leur voisin, obtiennent leur logement. Les travaux lancés depuis plusieurs mois sont abandonnés, faute de moyens. Attribués dans des conditions catastrophiques, les bénéficiaires attendent à nos jours un document officiel qui justifie, qu’ils sont propriétaires à part entière. Les habitants ont dû payer seul la direction de Sonelgaz pour qu’ils soient alimentés en énergie électrique et gaz naturel. Ils avaient même placé de leur propre moyen les tampons des avaloirs des eaux usées. Après avoir mis à maintes reprises la main dans la poche, les plaignants se disent incapables de réaliser seuls les travaux d’aménagement qui relèvent du devoir de l’entreprise. Celle-ci doit intervenir dans l’immédiat pour la réalisation des escaliers, des travaux abandonnés par un entrepreneur qui avait réclamé des avances. Dès lors l’accès aux blocs continue d’être une véritable corvée à défaut d’escalier. Une situation dramatique qui pousse environ 250 familles d’interpeller le wali.
lestrepublicain - 16 juin 2016 - Boufessioua Sofiane

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: EL-HADJAR - Bouguettaya, une cité inaccessible
Actualité suivante »
Annaba: Saisie de 45 000 comprimés de psychotropes - Six personnes arrêtées par la gendarmerie nationale

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires