Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: LE PHÉNOMÈNE CONTINUE DE PRENDRE DE L’AMPLEUR - 26 harraga ...
© My-Meteo
Zone Membre
Publicités

Annaba: LE PHÉNOMÈNE CONTINUE DE PRENDRE DE L’AMPLEUR - 26 harraga interceptés par les gardes-côtes

Publié le 24/09/2016
Alors que des familles qui sont toujours en deuil attendent le rapatriement de leurs progénitures, d’autres ne l’ont jamais fait depuis la disparition d’un proche, il y a de cela une dizaine d’années. A Annaba des jeunes déterminés d’atteindre clandestinement l’autre rive de la Méditerranée  continuent de braver l’interdit sans pour autant se soucier de ce que peuvent ressentir les autres, les parents en particulier. En effet, 24 heures seulement après l’annonce mercredi dernier des conditions assez particulières dans lesquelles 15 harraga avaient été interceptés par les autorités tunisienne et la mort d’un d’entre eux, les gardes-côtes de la façade maritime Est, ont empêché dans la nuit de jeudi à vendredi, le départ de deux autres embarcations de fortunes au bord desquelles se trouvaient 26 candidats à l’émigration clandestine. La première a été neutralisée vers 23h et la seconde à 2h du matin. Lors de la première intervention, quatre individus avaient été légèrement blessés après le renversement de leur barque. Brûlés au premier degré, ils ont été évacués vers le service des grands brûlés de l’hôpital Ibn Sina. Face à la montée inquiétante de ce phénomène qui demeure toujours d’actualité dix années après, les éléments de la marine nationale tentent d’intensifier les patrouilles en mer pour éviter que d’autres incidents ne se produisent. Aux yeux des spécialistes, l’année 2016 aura été la plus catastrophique depuis l’apparition du phénomène d’el harraga en 2006. Le nombre de candidats arrivés à bon port dépasse tout entendement. Ce record jamais égalé marqué par des départs massifs d’embarcations explique la situation socio-économique depuis la chute des prix de l’or noir. A la cité des 1000 logements ont attend depuis mercredi, le rapatriement de la dépouille mortelle de l’une des victimes du groupe composé de 16 individus ayant pris le large la veille de l’Aïd. Les autres sauvés in extremis par les autorités tunisiennes après une dizaine de jours passés en mer, attendent aussi d’être expatriés, a t-on appris.

lestrepublicain - 
24 septembre 2016 - Boufessioua Sofiane
« Actualité précédente
Annaba: DÉCÈS DE RACHID HADJOU - Annaba pleure l’un de ses plus grands footballeurs
Actualité suivante »
Annaba: AMÉNAGEMENT DE LA VOIE SIDI BRAHIM–CITÉ SEYBOUSE - L’ENGOA écope d’une première mise en demeure

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires