Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. OPGI : Deux directeurs d’agences condamnés à la prison ferme
Zone Membre
Publicités

Annaba. OPGI : Deux directeurs d’agences condamnés à la prison ferme

Publié le 26/02/2017

Le président du tribunal correctionnel de Berrahal a condamné, hier, l’ancien directeur de l’agence OPGI de Berrahal à une peine de deux années de prison ferme, assortie d’une forte amende.

Cité également dans cette affaire de faux et usage de faux, l’ex-directeur de l’OPGI d’El Bouni a écopé d’une année de prison, dont 6 mois avec sursis, assortie également d’une amende. En fonction, un cadre du même office a, quant à lui, été relaxé, avons-nous appris sur place. Cette affaire a été déclenchée en novembre 2016, où sur instruction du procureur de la République, le juge d’instruction près le même tribunal a ordonné la mise sous mandat de dépôt de l’ex-directeur de l’OPGI de Berrahal.

Quatre autres personnes, dont l’ex-directeur de l’unité OPGI d’El Bouni, ont été placées sous contrôle judiciaire. Au total, 22 personnes, entre accusés et témoins à charge et à décharge, ont été auditionnées par le magistrat instructeur durant l’instruction de l’affaire. Une année auparavant, le wali de Annaba et l’actuel directeur de l’OPGI étaient en visite de travail et d’inspection des programmes de logements à la commune de Chetaïbi. Bien que non attribués encore, des logements neufs étaient occupés, avait constaté avec étonnement le wali de Annaba.

Interpellé, l’un des bénéficiaires a même exhibé une facture d’électricité à son nom. Médusé, le chef de l’exécutif avait ordonné au directeur de l’OPGI d’enquêter immédiatement sur cette douteuse affaire. Après enquête, il s’est avéré que les habitations concernées figurent inoccupées sur le fichier des programmes de logements de la direction. Auditionnés, les indus bénéficiaires avaient avoué avoir payé de grandes sommes en contrepartie d’une attribution «fictive» de logement, qui, sur la base des promesses de certains cadres de l’OPGI, seront régularisées au fur et à mesure. Ainsi, le trafic de logements est sans appel. Ce qui avait poussé le directeur de l’OPGI à déposer plainte contre les mis en cause, dont plusieurs de ses cadres auraient participé à ce trafic.

Mohamed Fawzi Gaïdi [EL WATAN - 24-02-2017]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. Rencontre Sonelgaz - opérateurs et agriculteurs
Actualité suivante »
Annaba. 1600 élèves au concours du meilleur matheux

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires