Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba. Feux de fôret : 70 familles évacuées à El Tarf
Zone Membre
Publicités

Annaba. Feux de fôret : 70 familles évacuées à El Tarf

Publié le 25/08/2012

Feux de forêt AnnabaQuelque 70 familles habitant dans les zones rurales relevant de la daïra de Bouhadjar, dans la wilaya d’El Tarf, ont été évacuées hier après que le feu eut complètement ravagé leurs habitations et dévasté leurs récoltes, selon des agriculteurs de cette région.

Les dégâts sont importants à El Tarf, les feux de forêt ayant détruit pas moins de 830 ha de couvert végétal dont 300 ha de pins et de chênes-lièges. Les forêts les plus touchées sont celles de  Bouhadjar, Aïn Kerma, Hammam Beni Salah et Ouled Zitouna. Les sapeurs-pompiers ont réussi tout de même à maîtriser près de 200 foyers d’incendie, alors que les autres zones demeurent actuellement inaccessibles, en l’absence de pistes pour accéder aux foyers des feux. Ce qui semble être un handicap important, relèvent des sources proches de la Conservation des forêts. Cette situation a été dénoncée dans plusieurs wilayas, notamment à Annaba et El Tarf. Pour cette dernière, en proie actuellement à une centaine de départs de feu, un projet d’ouverture de 180 km de pistes a été annulé fin 2011 par la Conservation des forêts de la wilaya.

Idem pour la wilaya de Annaba qui a perdu près de 650 ha et où plusieurs pistes menant vers des foyers d’incendies sont toujours impraticables malgré la disponibilité d’enveloppes financières. Hier, un important feu s’est déclaré à quelques encablures de la caserne militaire de Bouzizi (Séraïdi) et dans les zones urbaines de Bouhdid, Boughantas, Ben Otmane de Annaba et Kharaza de la commune d’El Bouni.

«La mise à feu n’est pas exclue.» Le mot est lâché par un officier de la Protection civile en pleine intervention au lieudit le mausolée de Ben Otmane, en plein milieu du mont de l’Edough, à Annaba. Pour ce sapeur-pompier, il est pratiquement impossible de voir le feu se déclarer à nouveau une fois éteint, car après l’intervention des agents de la Protection civile, le lieu reste en observation plusieurs heures après son rafraîchissement. «Des enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de ce crime contre la nature», révèlent par ailleurs des sources sécuritaires locales.

Les desseins inavoués des pyromanes

Pour quelle raison les pyromanes mettent-ils le feu aux forêts ? A cette question, un ex-haut officier de la Protection civile répond : «Le manque de foncier et l’élevage bovin sont, entre autres, les raisons qui poussent des gens cupides à commettre ce crime contre la nature.»

Et d’ajouter : «Après l’incendie et la disparition des arbres, le terrain devient exploitable. Il sert à une extension pour l’élevage bovin et pourquoi pas à la construction en dur. Dans cette sale besogne, il y a plusieurs complices de l’administration qui les assistent jusqu’à l’acquisition officielle de ces terres.»

«Durant les années de terrorisme, poursuit-il, les gens ont fui la forêt et la nature a repris ses droits. Aussitôt la situation sécuritaire s’est améliorée, la cupidité humaine a resurgi pour réclamer ce qui ne lui revient pas de droit.»

M.-F. G. [EL WATAN 25-08-2012]

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba. La citerne d’eau à Seraïdi à 1200 DA
Actualité suivante »
Annaba. Après avoir tenté de libérer un de leurs acolytes, un gang s'attaque à des citoyens

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires