Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: Enseignement Supérieur Artistique: Quand on « déconcentre ...
Zone Membre
Publicités

Annaba: Enseignement Supérieur Artistique: Quand on « déconcentre » un cycle de formation

Publié le 12/01/2014
La coopération entre les villes d’Annaba et de Dunkerque prend des dimensions insoupconnées. Suite à des efforts constants, on est arrivé à la formule qui font qu’au lieu de mener leurs études en France, un dispositif original permet à des candidats algériens de bénéficier d’un programme d’étude français sans quitter le pays. La classe « déconcentrée » de l’Ecole Supérieure d’Art du Nord-Pas de Calais Dunkerque-Tourcoing (ESÄ), qu’abrite depuis quelques jours et pour 3 années, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Annaba (CCI), peut être suivie par des étudiants en art algériens disposant d’un niveau d’étude équivalent à BAC + 2 sans prendre compte de la filière. Ingénieurs, étudiants en langue, médecins et biologistes ont tous la possibilité d’y participer. Les frais d’inscription pour le cycle entier s’élèvent à près de 100.000 DA. Ils peuvent ainsi préparer et obtenir un Diplôme national d’Arts Plastiques français, sur le sol algérien. Les étudiants suivent un ensemble de modules d’enseignement plastique et théorique sur une durée de trois ans. Près de trente semaines de cours sont réparties sur cette période ce qui revient à dispenser dix semaines d’études par année. Les cours sont dispensées au rythme de 5 sessions de quinze jours par une dizaine d’enseignants de l’ETÄ. Ce total horaire équivaut exactement au contenu de la troisième année dans les écoles supérieures d’art françaises. Après la période des candidatures et de la sélection, 26 étudiants ont été retenus par les responsables de la formation. Au bout des trois ans, un jury est organisé pour le passage du DNAP, «  dans les mêmes conditions qu’en France » assurent les organisateurs. Ce diplôme, à caractère généraliste est essentiellement axé sur l’enseignement pratique et théorique de l’art, mais offre également des ouvertures sur les pratiques de la communication et du design. A ce titre, il oriente les étudiants vers des pratiques professionnelles variées ou vers la poursuite d’études en cycle Master dans les écoles supérieures d’art françaises, option art, communication ou design. La première séance du cycle 2013/2014 s’est tenue le dimanche 6 janvier. Elle a été encadrée par le professeur R. Prigentet suivie par un cours d’Histoire de l’art dispensé par Catherine Delvigne. En plus de la CCIA et de l’ETÄ, le projet a pour partenaires la Ville de Dunkerque et Tourcoing, la Région Nord-Pas-de-Calais, la Communauté Urbaine de Dunkerque ainsi que l’université d’Annaba er l’Institut Français d’Annaba. Sur la même lancée, une convention tripartite ESÄ-CCIA-Mairie d’Annaba a été signée le 30 octobre 2013. Celle-ci prévoit que le DNAP déconcentré sera doublé de l’attribution d’un certificat algéro-français ARCOMIND (Art communication et industrie), grâce à un complément de formation dispensé par la CCIA. Cette formation professionnelle sera assurée par des intervenants spécialisés des secteurs concernés. Elle a pour objectif principal la consolidation des projets artistiques des étudiants par un accès direct sur le monde professionnel. Cette démarche s’inscrit dans une vision d’immersion permettant aux candidats d’affronter les réalités économiques, culturelles, sociales et industrielles locales, nationales et internationales. Cette approche est diamétralement opposée à la vision académique classique séparant lieu d’enseignement et monde de travail. Une vision dont les résultats fâcheux ne cessent de constituer un obstacle réel devant l’intégration des nouveaux diplômés algériens. La coopération avec l’université d’Annaba donnera, espérons-le, un coup de butoir à une dynamique pérenne de la formation mixte, académique et professionnelle. LaClasse Déconcentrée est à plus d’un titre emblématique de la politique de l’ESÄ en matière de coopération, qu’elle soit locale ou internationale. L’ESÄ se veut avant tout ouverte au Monde et à l’Autre. Hospitalière et multilatérale, fondant son désir de coopération sur les principes intangibles de partage, d’échange, de fraternité et de curiosité mutuelle, l’ESÄ, ses équipes, ses étudiants font de l’affirmation de ces principes le fondement même du projet de l’établissement et de son identité. Du succès de la Classe Déconcentrée, en terme de formation et de résultats, dépendent très largement nombre de projets de coopération internationale, actuellement en cours de développement, en particulier en direction des pays comme l’Algérie. « Nous nous sentons tous – professeurs, étudiants, personnels techniques et administratifs, membres de la direction, partenaires institutionnels (Villes, Région, État) – réellement solidaires, attachés physiquement à ce qui était un projet et devient aujourd’hui une réalité, attachés à ce qui est en train de naître sous nos yeux en Algérie, à Annaba. Ce n’est pas un ailleurs lointain et abstrait: c’est ici et maintenant. »s’est laissé dire, R. Prigent, directeur général de l’ETÄ.

Le Provencial - 12 janvier 2014 - Zarrougui Abdelhak


ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: El Bouni La campagne de nettoyage se poursuit à Boukhadra
Actualité suivante »
Annaba: De l’acide pour la fabrication de pétards - Un jeu à haut risque sur le marché

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires