Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: COMMERCE INFORMEL - Le retour en force
Zone Membre
Publicités

Annaba: COMMERCE INFORMEL - Le retour en force

Publié le 05/04/2014
Profitant de l’absence momentanée des autorités mobilisées pour l’organisation des élections présidentielles du 17 avril, des vieux, des jeunes et moins jeunes reviennent en force et squattent à nouveau dès les premières heures de la matinée jusqu’au coucher du soleil, les espaces publiques pour écouler des produits bon marché et de mauvaise qualité. En dépit de la présence des forces de police qui interdisent à toute personne la vente sur la voie publique, ces marchands ambulants ne reculent devant rien et usent de subterfuges pour échapper à la vigilance des forces de l’ordre qui veillent au grain. Néanmoins, cette activité commerciale illicite tend à être propagée vers les quartiers où l’on n’a pas l’habitude de voir apparaitre au grand jour cette pratique tant décriée par les riverains. « Le laxisme de nos certains responsables locaux a, par le passé, favorisé l’émergence de l’informel et l’installation des échoppes de fortune. Donc, une lutte sans merci contre ces activités commerciales interdites par le code du commerce s’inscrit dans la durée et les résultats escomptés ne seront pas pour demain », nous a affirmé un ancien cadre de la DCP. Par ailleurs, il ne se passe pas un jour sans que l’on assiste impuissant à cette vente à la criée effectuée sur la voie publique par ces vendeurs qui guettant le moindre geste des policiers qui n’hésitent pas un seul moment pour les déloger. Outre les boulevards Bouali Saïd et Souidani Boudjemaà, la route Riad El Solh est devenue,  elle aussi, le lieu de prédilection de ces marchands versés dans la vente à la criée. « Ce sont des spectacles désolants qu’offre notre ville à ces citoyens. Il faut mettre un terme à ce commerce illicite et déloyal », a dit une quinquagénaire à une personne assise dans un bus, en voyant des jeunes tenant à la main un ballot et se mettant à courir dans tous les sens pour échapper aux policiers. Enfin, la démolition des kiosques de fortune au niveau du quartier Belaïd Belgacem a trouvé un écho favorable parmi la population qui souhaite que cette opération s’élargira à d’autres activités commerciales interdites afin que la Coquette redore son blason d’antan.

L'Est republicain  - 05 avril 2014 - Nejmedine Zéroug

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: LE MOUVEMENT SIGNE SA PREMIÈRE SORTIE - "Barakat" ne draine pas la foule
Actualité suivante »
Annaba: PÊCHE : DES FILETS À MOINS DE DIX MÈTRES DU RIVAGE - Les zones protégées impunément violées

Les Commentaires

"Mets de l'huile"

Tu n'es pas Jamaïcain, tu chantes le reggae
Tu es Languedocien, et con et tu chantes en anglais
Mets de l'huile Mets de l'huile Mets de l'huile
Mets de l'huile petit homme dans la vie il faut que ça glisse
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires