Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: RECASEMENT DE SIDI HARB - Le temps des recours…
Zone Membre
Publicités

Annaba: RECASEMENT DE SIDI HARB - Le temps des recours…

Publié le 18/06/2014
Le recasement de 380 familles de Sidi Harb n’a pas fait que des heureux bien au contraire, il a laissé plusieurs autres familles dans l’expectative sur leur devenir mais surtout abattues par l’injustice et les traficotages qui les ont écartées de cette attribution. En effet, il s’agissait d’en finir avec le  recasement  des dernières familles recensées dans ce bidonville et ce n’est pas le cas puisque il en reste au moins 18, écartées de cette attribution au profit de familles venues après 2007 et ne figurant pas sur les listes de recensement. Comment se fait-il qu’une telle chose arrive ? On pourrait déjà commencer par s’interroger sur la permissivité et les facilités qui ont permis l’extension de ce bidonville, les nombreuses complicités, etc. Vous voulez savoir la vérité ? Allez seulement dans ces bidonvilles et demandez comment il faut faire pour vous y installer et quelqu’un se chargera de vous donner tous les éclaircissements et se chargera même de vous orienter pour obtenir un espace où bâtir une baraque. Vous pourrez trouver un « bâtisseur » et l’espace d’un week-end, vous pourrez vous installez dans une construction avec même l’électricité et parfois aussi l’eau potable, le tout piraté bien évidemment. Tout cela est connu, confirmé et les quelque 4 000 habitations précaires  et illicites sur le terrain, le prouvent. Curieusement et malgré les mises en garde, personne parmi ceux là même censés empêcher ce genre d’implantation, ne semblait se rendre compte de la chose au point que maintenant c’est devenu un problème qui dépasse le niveau local. Parce que dès que le recasement actuel sera terminé, vous allez avoir des masses de demandeurs non recensés qui vont commencer à se rassembler et à exiger un relogement.
Et les oubliés du recasement entre temps ?
Ils ont bien évidemment transmis des recours mais seraient-ils pris en considération ? Et même si d’aucuns disaient qu’ils n’ouvrent pas droit que dire d’autres qui n’avaient même pas le droit de se retrouver à Annaba quand dans leur wilaya d’origine, ils disposent d’habitation et que dire des commerçants et des couples divorcés mais vivant ensemble parce que le conjoint avait déjà obtenu un logement, entre temps vendu et qu’il s’agit maintenant d’en obtenir un autre au nom du deuxième ?

lestrepublicain - 17 Juin 2014 - Ammar Nadir

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: TRAFIC DE MERCURE GRIS - Près de 5 kilogrammes saisis à Annaba et Tizi-Ouzou
Actualité suivante »
Annaba: Saison estivale - Animation tous azimuts

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires