Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: CONSÉQUENCES DE LA DIVISION AU FLN - La déstabilisation com...
Zone Membre
Publicités

Annaba: CONSÉQUENCES DE LA DIVISION AU FLN - La déstabilisation commence à Aïn El Berda

Publié le 30/11/2014
La conséquence la plus grave à laquelle n’avait aucunement songé le S/G du FLN en divisant les militants à Annaba, a trait au choix qu’il obligeait ainsi les militants à faire de la déstabilisation, notamment des collectivités locales qui pouvait en découler. Cela a commencé maintenant avec la commune d’Aïn El Berda ou le maire en titre ayant refusé de rejoindre les rangs de la commission provisoire d’El Hadjar, préférant rester fidèle à la mouhafadah de Annaba comme c’est son droit absolu, fait l’objet d’un retrait de confiance par 11 membres sur les 19 que compte ce conseil communal. Encore sur la base de motifs sinon exagérés mais surtout confectionnés de toutes pièces, selon des militants et surtout des électeurs d’Aïn El Berda, une lettre a été adressée au wali d’Annaba pour qu’il cautionne une session pour ce retrait de confiance ; « on mange toujours les épines avec la bouche des autres à Annaba». Une démarche pour le moins insolite et que le  représentant de l’Etat qu’est le wali ne peut aucunement cautionner, s’il n’y a un motif grave à même d’obliger l’Etat à intervenir dans les affaires d’élus, et là il s’agit d’une affaire interne propre au FLN. Surtout que l’Etat n’a été que l’arbitre dans l’application de la loi électorale au moment de la constitution des exécutifs communaux par les élus eux-mêmes. Il faut aussi noter qu’à Aïn El Berda, un décret vient de confirmer un futur projet de zone industrielle, sur un espace de 340 hectares,  et les intérêts occultes qui sont derrière cette déstabilisation, ne peuvent accepter un maire qui ne soit pas à leurs ordres. S’agissant du maire d’Aïn El Berda, il a refusé de rejoindre les rangs de la commission d’El Hadjar, comme c’est son droit, présidée par le P/APW, Laïd Hadji dont l’adjoint chargé de l’organique est le député Baha Eddine Tliba. S’il faut que l’Etat intervienne quelque part c’est pour mettre certains élus devant leur responsabilité première, au service de la population qu’ils ont grugé lors des dernières élections car si le maire d’Aïn El Berda était aussi mauvais, pourquoi alors personne ne l’avait dénoncé au cours des deux années écoulées ?

lestrepublicain - 30 novembre 2014 - A N.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: ALLÉES DU 17 OCTOBRE - Les arbres seront-ils abattus ?
Actualité suivante »
Annaba: CHAÏBA - Prolifération de vaches

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires