Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: COUR D’APPEL - Des dizaines d’affaires traitées par jour
Zone Membre
Publicités

Annaba: COUR D’APPEL - Des dizaines d’affaires traitées par jour

Publié le 23/12/2014
Des dizaines d’affaires traitées par jourUn jeune est appelé à la barre et d’emblée le juge lui demande « où est passée « El Kelba » ? » ce qui veut dire que cet individu aurait traitée sa propre mère de ce nom d’animal et c’est à coups de citations du Livre saint qu’il l’apostrophe. Le jeune baisse la tête, conscient maintenant du blasphème qu’il a commis en insultant sa génitrice. L’affaire est reportée à la semaine prochaine.
La mère ne s’étant pas présentée. Un autre qui fournissait de la viande hachée à un restaurant « Errahma » est épinglé pour commercialisation de produits impropres à la consommation. Mme Nouar adjointe du Procureur Général, qui siège au fauteuil du Ministère Public, aggrave la peine de 2 mois du premier jugement et requiert 6 mois ferme et 50 000 DA d’amende à l’encontre du restaurateur de Berrahal.  Un autre individu poursuivi pour escroquerie, se défend d’avoir omis de régler une dette de 37 millions de centimes et promet au juge de rembourser dès aujourd’hui le plaignant qui n’a pas jugé utile de se présenter durant les derniers jugements.
L’affaire traîne dans les prétoires depuis 2008. Il est donc demandé un reçu de versement de la somme afin de clore cette histoire. Les personnes présentes dans la salle se lèvent à tour de rôle à chaque fois que le président les cite. Et la séance continue pendant que la salle d’audience se vide progressivement. Les reports à une date ultérieure sont nombreux et les verdicts sont prononcés après les délibérations, soit chaque après midi. La salle d’audience est toujours occupée par les nombreuses victimes et les personnes qui comparaissent libres. Des dizaines de dossiers trônent devant le juge et ses assesseurs, à leur vue l’on se demande comment ils pourraient être traités en une seule séance.
Le rituel commence toujours par la présentation de prévenus emprisonnés. Puis le juge passe aux autres affaires  qui ont fait l’objet d’un recours.  Par ailleurs elles relèvent toutes du tribunal correctionnel. Après le « défilé »des détenus, le juge qui tient à faire la part des choses avertit les personnes à comparaitre qu’il est là pour les juger et qu’il n’y a pas à le qualifier du terme « ya Khouya » ou « Ya baba laâziz » etc... Comme le gratifient parfois des dames âgées qui sont là justement pour avoir commis des  délits ou suspectées de l’avoir fait.

lestrepublicain - 23 décembre 2014 - Ahmed Chabi

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: FESTIVAL DE LA CHANSON DU PATRIMOINE - La Coquette décroche le 1er prix en chaâbi
Actualité suivante »
Annaba: Décès du wali d'Annaba, Mohamed Mounib Sendid, ce mardi à Paris

Les Commentaires

Merci Monsieur Ahmed Chabi pour cet excellent article truffé d'humour et d'ironie du début jusqu'à la fin. J'ai eu du mal à lire la fin du texte tellement mes yeux étaient embrouillées par les larmes des rires. Merci encore une fois de cette tournure d'esprit qui sait mettre par les mots les scénes de la vie courante comme si on était sur place.
Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires