Vous êtes ici >> Accueil/Annaba Actualités/Annaba: LA BRIGADE ÉCONOMIQUE FAIT LE POINT - Les cols blancs, aute...
Zone Membre
Publicités

Annaba: LA BRIGADE ÉCONOMIQUE FAIT LE POINT - Les cols blancs, auteurs des grosses affaires

Publié le 18/01/2015
Qu'elle appartienne au secteur public ou privé, cette catégorie de voleurs est celle qui porte les plus gros préjudices à l'économie nationale du fait de sa position dans les sociétés ou les affaires. Celle qui donne le plus de fil à retordre aux limiers de la brigade économique, en raison  de sa maîtrise des lois et règlements qu'elle s'ingénie à en détourner le sens, comme l'a révélé jeudi le chef de la brigade économique de la P.J. Ce dernier  classe  les infractions rencontrées par son service  en 2 catégories: "Il y a la simple criminalité dont les auteurs sont de niveau intellectuel assez limité, responsables en général de délits tels que l'escroquerie, l'usurpation d'identité, le trafic de fausse monnaie. Et il y a la criminalité dont sont coupables ceux que l'on nomme généralement les "voleurs à col blanc", des personnes ayant un quotient intellectuel certain, et un pouvoir de décision. Ils commettent des crimes économiques "compliqués". Etre confrontés à cette catégorie demande une très grande vigilance de la part des enquêteurs. Sur ce point, le chef de la brigade devait mettre l'accent sur "le déséquilibre financier important infligé aux sociétés par ce genre de malversations du fait de leur répercussions négatives, à terme, sur la distribution des revenus, (et parfois les postes d'emploi) créant ainsi un sentiment d'injustice chez les employés. Aussi, le renforcement continu dans la lutte contre la criminalité financière et économique est d'une importance capitale". Avant d'évoquer les affaires traitées par la brigade économique de la police judicaire durant l'année 2014, nous rappellerons celle qui a défrayé la chronique en 2013, et qui a été jugée par le pôle judiciaire de Constantine en 2014, à savoir l'affaire Pherphos et ses succursales Sotramine et Somiphos. Préjudice: 28 milliards de cts de surestaries, 3 milliards de dinars de manque à gagner, sans parler des équipements ayant coûté plusieurs milliards et qui ont été laissés des années  à l'abandon et à la rouille. Les 8 mis en cause sont sous les verrous, ainsi qu'un ex -directeur de la BNA de Tébessa, accusé d'infraction au change dans ce dossier. En  2014, 136 affaires ont été élucidées et transmises au parquet et 26 autres sont en cours d'enquête.  Des dossiers ouverts sur renseignement ou dénonciation, tandis que 58 affaires "directes", ont été menées à l'initiative de la brigade. Nous noterons des fausses déclarations à l'import/export, la contrefaçon d'œuvres littéraires (saisie de 65000 CD contrefaits), l'usurpation d'identité, des détournements au préjudice de la SAA. L'énorme préjudice causé à Algerie Telecom dans l'affaire des cartes prépayées, une affaire qui s'étend à plusieurs points du territoire national. On rappellera aussi d'autres malversations élucidées par la brigade ou en cours d'instruction par le parquet comme celle du détournement de 6 lots de terrain dans l'affaire "Bonici", le dossier de la société mixte algéro-allemande " Linde Gaz Algérie" où on a relevé des infractions au change de plusieurs milliards.  Celle du détournement de deniers publics à "Urban", et une affaire qui présente encore plusieurs zones d'ombres, dont la suspicion de blanchiment de sommes importantes, dans le cas de cette Italienne victime d'une escroquerie de la part d'un concitoyen reparti en Italie. D'autres enquêtes dans plusieurs domaines de l'économie sont actuellement menées par ces spécialistes et dont la teneur ne nous a pas encore été livrée, en raison du secret de l'instruction qui les entoure. Dans un autre volet,  des  policiers spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité, une réalité de plus en plus présente, ont démantelé des réseaux d'escrocs de tous genres, sur plainte de nombreuses victimes, permettant d'arrêter des criminels  locaux ou domiciliés dans d'autres wilayas, comme   Tiaret et Touggourt. Les préjudices financiers de toutes ces affaires ne nous ont pas été communiqués, du fait que seule l'instruction du parquet pourra les établir de façon définitive.

lestrepublicain - 18 janvier 2015 - Farida H.

ARTICLES LES + LUS

« Actualité précédente
Annaba: SOUTIEN AU PROPHÈTE - Des centaines de manifestants sur le cours de la Révolution
Actualité suivante »
Annaba: FORMATION - Algerian Youth Voices à l’oeuvre

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !

Identifiez-vous :


Ou Inscrivez-vous gratuitement !

Dernières brèves

Articles similaires